Fault!! Hentai VOSTFR – Reviews et Critiques

Révision :
En tant que l’un des rares membres masculins du club de tennis de son école, Shuuichi s’est vraiment préparé à la réussite. Malheureusement pour lui, ses compétences semblent s’effriter ces derniers temps et tout le monde commence à le remarquer. Bien sûr, son incapacité à se concentrer est peut-être liée à toutes les charmantes dames avec lesquelles il continue à jouer. Je veux dire, comment un homme peut-il se concentrer alors que vous avez toutes ces jupes courtes qui demandent à être regardées en dessous ? Et comme si cela ne suffisait pas, toutes les filles du club de tennis veulent son corps pour leurs propres désirs pervers ! Oh, qu’est-ce qu’un garçon doit faire ?
Eh bien, il va avoir plus de queue qu’il n’aurait jamais pu l’espérer, c’est ce qu’il va faire. Avec deux filles principales qui se disputent son affection, elles se mettent vraiment en quatre pour satisfaire ses désirs sexuels. La première fille est le loli-esque Mio qui aime faire comme si Shuuichi était son frère aîné (bien qu’il soit clair qu’il ne l’est pas). C’est elle qui est la plus coquine, elle parle toujours de manière cochonne, ce qui la rend adorable à regarder quand elle le taquine et l’embarrasse. Saeki, par contre, est beaucoup plus timide et réservée sur toute la situation, mais cela ne l’empêche pas d’être lente et décente dans sa déviance sexuelle pour tenter de gagner Shuuichi à sa cause.
Cela crée une situation assez délicate pour le pauvre Shuuichi, car chacune de ces filles continue à se battre pour une place dans son cœur. Que ce soit sur le court de tennis, dans une forêt ou simplement dans leur chambre, rien n’arrête les pulsions lubriques de ces filles. Mais au fil des deux épisodes, chacune d’entre elles remarque qu’elles ne parviennent pas vraiment à se disputer l’affection de Shuuichi. Elles décident donc de changer de tactique et de rendre les choses plus faciles pour tout le monde en unissant leurs forces. Maintenant, je suis peut-être partial, mais je pense qu’ils ont pris la bonne décision pour notre bien à tous !
Avec tous ces « moments de plaisir sexy », il n’y a pas grand-chose d’autre sur lequel Fault !! a le temps de se concentrer. Si l’aspect tennis fait partie intégrante de l’histoire, il ne sert pas à grand-chose dans le grand ordre des choses. Cela lui donne un aspect très similaire à Sora no Iro, Mizu no Iro, qui avait un cadre de club de natation scolaire largement ignoré, et avec lequel il partage aussi presque le même type de style d’animation et de conception de personnages étonnants. Mio est sans aucun doute l’une de mes préférées, avec son look de loli et sa bouche coquine (surtout avec la tenue noire qu’elle porte dans la première scène), mais cela ne veut pas dire que Saeki n’est pas elle-même très belle. Malheureusement pour nous, ce sont les scènes de sexe qui ne sont pas tout à fait à la hauteur des attentes, même si elles avaient tous les attraits du succès. Le problème principal est qu’il n’y a pas la moindre variété dans les scènes de sexe, la même position de base étant répétée encore et encore pendant des minutes. Ce n’est que lors de la dernière partie à trois qu’ils décident de mélanger un peu, mais à ce moment-là, la grisaille des autres a déjà fait son apparition.
Fault !! est un titre hentai de haute qualité qui est plein de plaisir érotique ; j’aurais aimé que les scènes de sexe soient à la hauteur de la grandeur qu’elles auraient pu atteindre.
Divers :

Family of Debauchery Hentai VOSTFR – Reviews et Critiques

Synopsis :
Lorsque Hiroko accepte un poste de professeur particulier dans une famille riche, elle n’a jamais imaginé qu’elle s’empêtrerait dans une vie de dépravation sexuelle sans fin…
Révision :
D’une durée totale de trente minutes (peut-être même un peu moins), Family of Debauchery est composé à 90 % de sexe et à 10 % de dialogue.
L’histoire est vraiment simple. Hiroko est une jeune femme engagée par une famille riche pour être la tutrice d’une adolescente nommée Yuki. Mais au cours des séances de tutorat de Yuki, Hiroko découvre que Yuki n’est pas ce qu’elle semble être… et qu’elle et sa soeur Shizuka ont d’autres projets qui n’impliquent pas vraiment d’étudier. Hiroko devient leur esclave sexuelle, et la façon dont tout cela se termine vous fera réaliser à quel point le titre de Family of Debauchery est approprié pour cet anime.
L’art et l’animation sont au-dessus de la moyenne, je suppose. Les dessins des personnages sont assez jolis, même si la façon dont les visages sont dessinés a tendance à se ressembler. Le sexe est représenté de manière très détaillée, en mettant l’accent sur ce qui est fait sur la moitié supérieure et inférieure de l’anatomie. Différents types d’activités sexuelles sont représentés. Il y a la masturbation, les relations entre filles et entre hommes, le sexe en groupe, le bondage, la sodomie, l’utilisation de jouets pervers… etc. Le doublage en anglais est plutôt sans problème, à en juger par le peu de dialogues présents. Les voix sont adaptées aux personnages et le jeu des acteurs est en fait satisfaisant.
Pour être honnête, Famille de la débauche est si courte et si étrange qu’elle me laisse sans voix. Je n’ai pas aimé, mais je n’ai pas non plus détesté. Comme tout le monde semblait s’amuser, je ne pouvais pas me sentir offensé même si je trouvais le concept global plutôt… épouvantable.
Divers :
Family of Debauchery est également disponible en coffret DVD avec trois autres titres hentai : « Mija », « Orgy Training » et « Karen ».

F3: Frantic, Frustrated & Female Hentai VOSTFR – Reviews et Critiques

Synopsis :
Hiroe Ogawa est une jeune fille en bonne santé et en bonne forme physique, qui souffre d’un problème sexuel gênant : quoi qu’elle fasse, elle ne semble pas pouvoir atteindre l’orgasme. Qu’il s’agisse de se branler avec les jouets sexuels les plus modernes ou de le faire avec son petit ami, Hiroe ne peut pas atteindre l’orgasme… ce qui fait d’elle une femme très frénétique et frustrée. Heureusement (ou malheureusement), la voisine sexy de Hiroe (que Hiroe appelle « soeurette ») et la propriétaire excitée (que Hiroe appelle « maman ») sont plus que prêtes et disposées à aider… bientôt, tout le monde est sur le dos de Hiroe. Pourra-t-elle enfin venir ?

Révision :
On peut tout aussi bien appeler F3 « The Masturbation Show », car une grande partie du temps de projection est consacrée à l’autostimulation. Hiroe est normal à tous points de vue. Elle est en bonne santé, anatomiquement saine, et elle a même un petit ami. La raison pour laquelle elle ne peut pas connaître l’orgasme restera à jamais un mystère non résolu, car la F3 est trop occupée à présenter les techniques de masturbation pour s’y attaquer. Godes, vibromasseurs, bougies, doigts… F3 a tout ce qu’il faut.

Tout cela mis à part, le F3 est assez amusant. Hiroe est traînée au loin pour voir un médium bizarre, un scientifique pervers… elle est même soumise à une certaine hypnose. Les personnages sont tous cinglés d’une manière ou d’une autre, de la propriétaire trop zélée au spiritualiste gay. Tout le monde (y compris Hiroe elle-même) est prêt à faire n’importe quoi pour faire jouir Hiroe. Bien sûr, il n’y a pas vraiment de caractérisation sérieuse mais je suppose que cela correspond au ton et au thème général de F3. Le dernier ep comporte également un peu d’horreur comique, Hiroe étant possédée par l’esprit d’un homme excité… lui donnant une partie de corps supplémentaire. Mais quand l’esprit s’énerve sérieusement, tout devient soudain un pénis : les nounours de Hiroe, les poupées en peluche… même sa poupée gonflable ! C’est un spectacle idiot et un peu drôle.

Le style d’art et d’animation est très simple. Rien d’époustouflant, mais rien d’irréfléchi non plus. La représentation du sexe est très graphique. Même si les zones génitales féminines sont souvent noircies, il est facile de voir ce qu’elles font. La plupart des scènes de sexe sont entre filles. F3 aurait pu être un meilleur anime s’il avait donné plus de profondeur à Hiroe et à sa situation. En fait, il y a beaucoup trop de masturbation pour le bien de tous. Mais après tous ces efforts, Hiroe finit-elle par arriver ? Eh bien, pas exactement…

Divers :
F3 signifie frénétique, frustré et féminin. C’est un OAV à 3 épisodes en une seule cassette. Le titre japonais se traduit par « La complainte d’une fille autrement en bonne santé ».

F-Force Hentai VOSTFR – Reviews et Critiques

Révision :
Quand Ash est tombé sur une demoiselle en détresse et l’a sauvée d’une horde de démons ailés, il n’y a pas pensé. À part son espoir toujours présent d’avoir de la chance de toute façon. Mais cette jeune fille souple nommée Alicia est en fait la dernière femme qui reste dans la ville de Tylling, toutes les autres ayant été capturées et prises par ces mêmes monstres infâmes qui la poursuivaient. Comme par hasard, elle était en fait sur la route pour essayer de trouver Ash afin de le convaincre de l’aider à sauver son village et à combattre la progéniture du démon. Toujours confiant et prêt à donner un coup de main, Ash convoque rapidement sa bande spéciale de beautés combattantes, connue dans le monde entier sous le nom de F-Force, pour l’aider dans sa quête. Ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’il y a bien plus en jeu qu’un seul petit village, et leur quête pourrait bien finir par être celle de la survie de l’humanité tout entière.
Semblable à Blood Shadow mais avec plus de flair comique et un sentiment général de parodie, F-Force nous emmène dans un voyage médiéval alors que Ash et sa bande d’aventuriers buxomiques luttent pour sauver le continent de Sid. Ce n’est pas seulement que les hordes de démons deviennent plus actives, mais qu’elles sont en fait dirigées par quatre anciens démons dont l’apparition laisse présager une grave destruction à travers le pays. Et comme si cela ne suffisait pas, pour une raison ou une autre, le pillage de la grande fille de Tylling n’était pas seulement un amusement de tentacules, mais aussi la recherche d’une fille spéciale avec une crête cachée sur sa poitrine, et il se trouve que c’est la douce et innocente Alicia. Maintenant, la F-Force n’est pas seulement le chasseur, mais aussi le chassé.
Maintenant, ils sont vraiment dans le pétrin, devant se battre contre les forces du mal tout en essayant de garder Alicia hors de leurs griffes. Mais pour être honnête, ils n’ont pas vraiment la meilleure réputation pour garder leurs coéquipiers à l’abri du danger. D’une manière ou d’une autre, ils semblent toujours tomber dans les protubérances de l’ennemi, alors qu’ils sont dépouillés et violés par des tentacules voraces et des extrémités de démons de taille considérable. Leurs défaillances au début ne font que souligner les problèmes qu’ils ont à l’avenir, car de plus en plus d’entre eux sont complètement violés à chaque bataille suivante. Peut-être que la prochaine fois, ils devraient plutôt faire des hommes la plus grande force de combat du monde ; ils ne se retrouveraient alors plus dans toutes ces situations délicates !
De façon surprenante, la fin de la F-Force adopte une approche résolument réaliste de cette bataille des mortels contre la progéniture de l’enfer. Ils ne laissent pas la fin de cette bataille sur une note aussi amère, mais la reconnaissance de la futilité d’un humain qui se bat contre un demi-dieu était agréable à voir, alors qu’elle est si souvent négligée. Malheureusement, la fin a également mis en évidence l’un des plus grands défauts de la F-Force, et un péché capital pour un titre hentai. Les scènes de sexe sont non seulement peu nombreuses, mais elles sont mal animées et se concentrent presque exclusivement sur le viol de démons. Maintenant, j’aime les tentacules autant que le gars suivant, mais quand vous avez un véritable buffet de dames à mettre dans toutes sortes de situations compromettantes et que tout ce que nous obtenons est la même chose encore et encore, il y a quelque chose qui ne va pas. De plus, presque toutes les scènes hentai se ressemblent, avec des images statiques et des boucles en gros plan. Ce n’est rien d’autre qu’une occasion manquée et une honte criante pour ce qui était par ailleurs un titre hentai très agréable.
A la fin, tout F-Force est encore un titre agréable, mais ses défauts l’ont finalement rattrapé. L’atmosphère amusante, la diversité des personnages et les séquences de combat réelles n’ont pu compenser ses carences sexuelles que pendant un certain temps.
Divers :

Erotic Torture Chamber Hentai VOSTFR – Reviews et Critiques

Synopsis :
Maryu, également connu sous le nom de Roi Dragon Démon, est déterminé à conquérir tout le continent de Laan. Après une folie meurtrière, il vise la princesse Yuri d’Asronia. La prenant en captivité, Maryu décide de faire de la jeune et intacte Yuri son esclave sexuelle en brisant sa volonté de résister à ses avances. C’est à Maya, la garde du corps ninja de Yuri, de la sauver avant qu’elle ne devienne une autre « esclave de plaisir » de Maryu.

Révision :
Ne vous laissez pas tromper par ce titre audacieux. Si vous imaginez une pièce pleine de gadgets pervers où les gens font des choses perverses, vous vous trompez de film hentai.
La Chambre de la torture érotique est pas le festival de sexe hardcore que vous attendez. Situé dans un monde de type médiéval où règnent l’épée et la sorcellerie, l’Erotic Torture Chamber contient plus de sang et de violence que de sexe. Il y a beaucoup d’affrontements à l’épée, des éclaboussures de sang, et même quelques décapitations lors des escarmouches des royaumes. Un roi maniaque a capturé la princesse, et elle a besoin d’être secourue. Voilà l’histoire.

La caractérisation est inexistante… de Maryu à Maya, personne n’a aucune profondeur. Juste au moment où vous pensiez que les choses ne pouvaient pas empirer, vous constaterez que la Chambre de torture érotique n’a pas de conclusion ! Au moment où Maya part à la rescousse de la princesse Yuri, le générique arrive. Il doit y avoir une suite quelque part, mais non, c’est tout ce qu’il y a à faire.

L’art et l’animation sont corrects. Pas exceptionnel, mais pas terrible non plus. En ce qui concerne le contenu sexuel, tout est composé de nudité du haut du corps. Bien que des actes sexuels soient pratiqués, on ne voit pas grand-chose à part des seins, des fesses et des expressions faciales extatiques. Je ne sais pas quel est le véritable public cible de cet anime, mais il est pratiquement garanti qu’il ne plaira pas aux fans de hentai hardcore… ou à tout autre type de fan d’anime d’ailleurs.

Divers :
Erotic Torture Chamber est l’un des trois titres hentai figurant dans The Best of Kitty Vol. 4. Les deux autres sont « Bondage House » et « Sins of the Flesh ».

Endless Serenade Hentai VOSTFR – Reviews et Critiques

Synopsis :
Lorsque le frère de Yuji, Ryouji, meurt, il laisse derrière lui sa jolie future épouse Satsuki ainsi que leur rêve d’ouvrir un magasin ensemble. Infatigables, Satsuki et Yuji se soutiennent mutuellement et poursuivent leur activité… et Yuji se retrouve peu de temps après amoureux de Satsuki. Mais le coeur de Satsuki est toujours avec Ryouji, et il y a aussi Miki – qui semble avoir un oeil sur Yuji…
Révision :
Sérénade sans fin. Ça a l’air romantique, non ? La mauvaise nouvelle, c’est que la seule raison qui me vient à l’esprit pour expliquer ce titre d’anime est que le personnage principal Yuji réfléchit sur sa vie amoureuse à haute voix dans presque 100 % des cas. Personne ne fait de sérénade, et la romance qui s’ensuit est loin d’être le genre d’amour que l’on s’attend à trouver après avoir lu le titre.
Endless Serenade se déroule à la première personne. Yuji commence par nous parler de la fille de ses rêves, Satsuki, dont il est amoureux, qui est la fiancée de son frère, etc. Yuji nous présente ensuite les autres personnages, qui travaillent tous à temps partiel dans le magasin de Satsuki. Il y a Miki, la timide rousse. Et puis il y a ce type aux cheveux bleus et cette fille aux cheveux verts dont je ne me souviens plus des noms, et qui ne contribuent absolument pas à l’histoire, si ce n’est par des scènes de sexe supplémentaires. Ce qui est drôle, c’est que j’ai préféré le type aux cheveux bleus et la fille aux cheveux verts parmi tous les personnages. Lors de leurs brèves apparitions, ils étaient mignons et romantique. Peu importe qu’il s’agisse de figurants. Yuji est un type efféminé et insipide qui ressemble et parle comme une fille. Miki est comme une statue de pierre froide pour la plupart. Satsuki est… enfin, la gentille fille habituelle dont tout le monde tombe amoureux dans un anime.
Comme le cliché habituel du triangle amoureux, Yuji aime Satsuki et Miki aime Yuji. Ce qui est étrange, c’est que la partie où Miki est amoureuse de Yuji est intercalée plus de la moitié du spectacle. Elle est stoïque tout le temps, même après qu’elle et Yuji se soient baisées la cervelle. En fait, seule Yuji parle sans cesse. L’ambiance générale est tellement morte et dépourvue de tout sentiment, même la relation de Yuji avec la fille avec laquelle il finit par se retrouver m’a semblé artificielle et robotique.
L’art et l’animation n’ont rien d’excitant. Les personnages sortent comme des pouces endoloris des décors ternes et délavés qui composent les scènes. Les dessins des personnages sont un mélange. Satsuki et la jeune fille aux cheveux verts étaient assez beaux, mais tous les autres étaient rendus de façon douteuse. Sous certains angles, Yuji avait l’air presque bishounen (plutôt garçonnier), alors que dans d’autres scènes, il avait l’air juste fruité. Miki semble n’avoir pas pris de bain depuis des années avec des cheveux ébouriffés qui lui collent au visage. Et puis il y a le sexe. Comme Yuji passe la plupart de son temps à se branler sur des visions de Satsuki dans sa tête, il y a beaucoup de scènes de sexe. Bien que toutes les parties anatomiques et les actes aient été montrés, j’ai eu l’impression de ne rien voir. Le pénis de Yuji ressemble à une tige d’acier et il est coloré en rouge pour l’amour de Dieu. Il y a juste quelque chose dans la présentation sexuelle qui enlève toute sensation d’excitation, d’impact ou de titillement. Il n’y avait pratiquement pas de scènes hentai dignes d’une capture d’écran. Le doublage anglais était plutôt tolérable, mettant de côté le fait que Yuji ressemble à une fille… mais étant donné les dialogues ennuyeux et inutiles, il n’y a pas vraiment de raison.
Malgré sa brièveté, le rythme d’Endless Serenade s’est ralenti. J’ai continué à vérifier le minuteur de mon lecteur de DVD pour voir si j’étais déjà près de la demi-heure. Il est vrai que c’est beaucoup moins cher que, disons, l’épisode de Nutech par DVD, mais c’est l’une des rares choses qu’il a à offrir. Désolé de le dire, mais je ne peux vraiment pas recommander ce titre.
Divers :
Endless Serenade dure environ 30 minutes. Les bonus du DVD ne comprennent que quelques bandes-annonces hentai de Critical Mass.

End of Summer Hentai VOSTFR – Reviews et Critiques

Synopsis :
Ce sont les vacances d’été. Wataru ne pense à rien d’autre qu’à attraper la fille de ses rêves, Mai. Mais Mai semble si parfaite et hors de portée. Pour aggraver les choses, un type super riche et arrogant nommé Kenji continue de se mettre en travers du chemin de Wataru. Pourtant, Wataru reste imperturbable et essaie de se rapprocher de Mai par tous les moyens possibles. Et bien que Mai ne soit pas encore à la portée de Wataru, quoi de mieux qu’un peu d’amour estival avec la jolie athlète Misa, la fille secrète du restaurant Satomi et l’apparemment naïve Kurumi ?

Révision :
La fin de l’été peut être comparée à un roman d’amour pour adolescents. L’intrigue peut se résumer en une phrase : notre jeune étalon Wataru doit obtenir Mai. Bien sûr, le chemin vers le véritable amour n’est jamais facile et il y a donc beaucoup d’autres filles… euh, d’obstacles que Wataru doit surmonter.

End of Summer met en scène un jeune casting hormonal sur le point de faire une découverte sexuelle. L’atmosphère générale est légère et l’approche du sexe est plutôt douce. Le personnage principal, Wataru, a toute l’action de pompage. Il semble juste être toujours au bon endroit au bon moment (comme la plupart des héros hentai). Les opportunités sexuelles ne cessent de lui tomber sur les genoux. La façon dont les filles supplient Wataru de les coucher ou de les déflorer ne cesse jamais de m’amuser, car je doute que ce genre de scénario puisse se produire dans la vraie vie. Mais Wataru est un type si doux qu’il est toujours sympathique, peu importe le nombre de filles qu’il a euh… fait.

Cette série s’adresse évidemment au fantasme masculin, mais la manière dont les choses sont présentées est de bon goût et généralement non offensante. Les scènes de sexe de « End of Summer » sont réalisées avec beaucoup de soin : le spectateur est emmené des préliminaires à l’après-coup à un rythme progressif et réaliste, conçu évidemment pour titiller mais pas pour saturer. Il s’agit plus de faire l’amour que de baiser pour le plaisir. Les actes sexuels sont représentés clairement, mais on ne voit pas la zone génitale inférieure. Ce sont tous des seins, des fesses et une variété d’angles de caméra qui cachent la pénétration réelle. La deuxième cassette est plus coquine, avec un peu de bondage et de subtils fétiches de domination. L’art et l’animation sont d’une qualité étonnante, ce qui est un atout certain. Bien que End of Summer ne soit peut-être pas suffisant pour ceux qui recherchent des trucs hentai hardcore, c’est un anime assez décent qui trouve un bel équilibre entre le sexe et l’histoire – aussi simple que soit l’intrigue.

Divers :
Cet anime est basé sur un jeu pour PC adulte où l’on joue un gars dont le but est de coucher avec le plus grand nombre de filles possible. Il se compose de deux volumes contenant chacun deux épisodes.


Elven Bride Hentai VOSTFR – Reviews et Critiques

Synopsis :
Les gens n’ont pas vraiment été ravis d’apprendre que Kenji avait décidé d’épouser Milfa. Après tout, Kenji est humain et Milfa est une elfe. À l’époque, les humains et les elfes n’étaient pas vraiment en bons termes. Malgré la discrimination des deux races, Kenji et Milfa se sont liés et se sont installés. Le problème, c’est que les jeunes mariés découvrent par la suite que les humains et les elfes ont certaines différences physiques qui rendent les rapports sexuels presque… impossibles. Dans le volume 1, après quelques frustrations lors de leur nuit de noces, Kenji décide de partir à la recherche du lubrifiant ultime : « Harpy Ooze » ! Dans le volume 2, Milfa va voir un médecin local spécialisé dans les problèmes sexuels. Malheureusement, il veut faire plus qu’examiner Milfa ! Et pour couronner le tout, il n’est pas non plus humain…

Révision :
Cutesy est probablement ce qui décrit le mieux La mariée elfe. L’intrigue est simple : nos jeunes mariés doivent trouver un moyen de consommer leur mariage ! Qu’il s’agisse de s’aventurer dans des territoires inexplorés ou d’essayer différentes positions, Kenji et Milfa sont prêts à tout essayer. Je me suis sentie un peu désolée pour eux, en voyant combien ils s’aiment et tout ça. Leur relation est douce et saine (ce qui est assez rare dans la plupart des anime hentai), comme c’est le cas pour la plupart des jeunes couples.

The Elven Bride est un hentai softcore, et il est vraiment très doux. La plupart des scènes présentées consistent uniquement en des scènes de nudité sur le haut du corps et des photos de fesses. Il est clair cependant que les actes sont effectués même si les parties inférieures du corps sont habilement cachées à la vue. Il y a aussi des personnages assez excentriques à affronter, comme la grand-mère de Kenji qui se rajeunit en faisant l’amour avec des hommes, le médecin sursexué qui aime séduire ses jeunes et belles patientes, l’hydre de Kenji qui a l’air plus mignon et maladroit qu’effrayant. Certaines parties de La mariée elfe sont certes assez drôles.

L’art et l’animation sont corrects. Encore une fois, cutesy est le mot qui décrit le style visuel global. Même l’hydre de leur animal de compagnie est mignonne. The Elven Bride est un titre qui se situe au-dessus de la moyenne, mais les fans de hentai peuvent se trouver un peu désavantagés en ce qui concerne la valeur du divertissement pour adultes.

Divers :
C’est un hentai mignon.

Inages extraites de la vidéo:

El Hentai VOSTFR – Reviews et Critiques

Révision :
Dans un avenir pas trop lointain, un holocauste nucléaire est finalement devenu une réalité, car la plupart des formes de vie sur Terre ont été sans équivoque effacées de l’existence. Après que les retombées se soient finalement installées, les quelques âmes restantes ont décidé de se regrouper pour créer une nouvelle ville au milieu de tous les décombres. Le projet Megaro Earth est le dernier espoir pour la civilisation humaine, mais il y a quelque chose qui ne va pas. En plus des caméras volantes qui surveillent tous vos mouvements, il y a aussi un groupe secret, connu sous le nom de Veuves Noires, qui a non seulement infiltré tous les niveaux de cette grande société, mais qui tue aussi rapidement les protecteurs de la ville. Elle est l’une de ces gardiennes, connue sous le nom de sniper, mais même elle commence à remarquer à quel point les choses deviennent étranges. Non seulement par rapport à la ville et à la population en général, mais aussi par son incapacité à rester consciente en ces temps de grand péril. Sera-t-elle capable de découvrir quels sont les secrets cachés de la ville et pourquoi elle semble en être le centre, ou s’évanouira-t-elle simplement lorsque le moment de vérité arrivera enfin ?
C’est le vrai mystère qui règne au sein de El, mais qu’est-ce qui fait que cette fille en particulier semble si importante et si intégrante de tout ce qui se passe ? Au début, elle n’en a pas conscience, car sa mission consiste simplement à protéger une chanteuse pop populaire, une gentille fille connue sous le nom de Persil, qui semble avoir pris un certain essor auprès d’Elle. Dans ce nouveau monde courageux, Elle n’appréhende que légèrement de céder aux désirs de la jeune fille, mais si les deux ont de temps en temps leur propre temps de jeu, il y a toujours une bataille qui se déroule à travers la ville. Les Veuves Noires détruisant systématiquement les Snipers, Elle est constamment ballottée entre des batailles acharnées et des ébats amoureux sensuels alors qu’elle essaie de mettre fin à leur assaut tout en découvrant si elle est vraiment lesbienne.
De temps à autre, lorsque l’attention se détourne de Elle, nous voyons soit un agent secret de la Veuve noire au travail, soit les snipers qui se battent et finissent par violer et torturer tous les suspects qu’ils peuvent capturer (seules les femmes doivent s’appliquer, bien sûr). Cette chaîne d’événements mène finalement à une conclusion assez prévisible qui n’a même pas beaucoup de sens. C’est une honte non seulement à cause du temps perdu, mais aussi à cause de la réduction du temps réel consacré au sexe. Les seuls moments vraiment érotiques que nous obtenons sont soit quand El s’amuse un peu avec du persil, soit quand l’équipe de snipers viole des membres présumés de la Black Widow pour obtenir des informations. Cela donne au moins un peu de piment à El, car ces policiers violent et torturent sexuellement ces femmes avec des lavements, des pinces électrifiées et toutes sortes de piercings. Bien que cela ait pu éveiller votre intérêt, l’animation et les détails sont tout simplement trop peu nombreux pour rendre une scène aussi attrayante et le doublage anglais est tout simplement épouvantable. Ceux qui pensaient que les voix des stars du porno étaient les leurs auraient vraiment dû abandonner après avoir entendu cette performance.
El voulait vraiment être quelque chose de plus que la moyenne des titres hentai, mais malgré tous ses efforts, il n’a pas réussi à le faire. L’histoire est lente, la plupart du temps inintéressante et prévisible, tandis que les scènes de sexe sont trop peu fréquentes et les techniques trop insuffisantes pour vous donner vraiment une raison de regarder.
Divers :

Inages extraites de la vidéo:

Dvine[LUV] Hentai VOSTFR – Reviews et Critiques

Synopsis :
Hyde est un épéiste aventurier qui cherche un trésor légendaire supposé être caché dans les profondeurs d’une grotte à l’extérieur de la ville d’Arville. Mais il trouve une fille nue, enfermée dans la glace… une fille qu’il libère involontairement de sa prison gelée. Hyde emmène la jeune fille chez le médecin de la ville où elle reprend conscience, mais tout ce dont elle se souvient est son nom : Youra. En aidant diverses demoiselles en détresse, Hyde doit résoudre le mystère qui engloutit Youra et la grotte avant qu’un mal ancien ne se réveille et ne fasse des ravages dans le monde.

Révision :
Pendant les premières minutes de son existence, Dvine Luv apparaît comme un récit d’aventure épique qui, par hasard, comporte quelques éléments hentai… mais rien n’est plus éloigné de la vérité.

Dvine Luv raconte les exploits sexuels de Hyde, comment il réussit à déflorer de jeunes vierges lascives et comment il fournit les soins nécessaires aux femmes sexuellement démunies. L’intrigue de Youra and the cave est juste là pour donner à la série un contexte et une certaine forme de continuité. Au cours de la série, Hyde le fait avec une prêtresse, un médecin, un guerrier, une servante, une noble, etc. Je n’étais plus surpris qu’il finisse par baiser n’importe quelle fille à l’écran à ce moment-là. J’ai été plus choquée lorsqu’il n’a pas eu de relations sexuelles avec l’infirmière et la femme élixir, qui étaient toutes deux des jeunes femmes admissibles qui ont eu plusieurs scènes avec lui.

Oui, Hyde est un pervers sursexué, mais il se passe toujours quelque chose qui justifie chacune de ses sexcapades… à tel point que les dames finissent même par le remercier de ses efforts. Hyde ne s’impose jamais vraiment à personne, en fait, tous ses partenaires le supplient pratiquement de les emmener au sommet de l’extase. Cela fait en quelque sorte de Dvine Luv une série hentai agréable à regarder malgré l’absence d’un scénario plausible, puisque tout le monde apprécie à peu près toute l’action qui s’y déroule.

L’art et l’animation sont assez bons. Les dessins des personnages sont en général très bien faits, mais ils auraient vraiment pu faire de Hyde un héros plus beau (alors peut-être que le regarder semer ses graines sauvages aurait été plus agréable). Le sexe est représenté de manière explicite dans certaines scènes et plutôt sommaire dans d’autres. Plus de la moitié de chaque épisode est consacrée aux sexploits de Hyde, qui sont tous de nature conventionnelle. La scène la plus perverse serait peut-être celle où il équipe Priol la bonne d’un vibrateur motorisé. Tout le reste se limite à du sexe oral et à un simple acte de type pénis-dans-vagin.

Dvine Luv n’a rien de spécial. C’est génial si vous voulez juste un ton général léger et beaucoup de vanille, mais si vous voulez une série de hentai d’épées et de sorcellerie qui est mieux faite dans tous les aspects, essayez Wordsworth.

Divers :
Dvine Luv est composé de quatre épisodes d’une demi-heure. Où, à l’époque médiévale, ont-ils trouvé un vibrateur motorisé ?

Inages extraites de la vidéo: