Lady Blue Hentai VOSTFR – Reviews et Critiques

Synopsis :
Miko Mido est de retour. Après avoir découvert sa véritable identité en tant que fille du roi Shikima, la vie de Miko est à nouveau paisible et normale. De plus, elle trouve un beau mec nommé Hidemasa sur le pas de sa porte ! Juste au moment où Miko pense qu’elle peut enfin vivre comme une fille normale et prendre du plaisir à être amoureuse, un mystérieux fantôme féminin apparaît dans son école, aspirant la vie des jolies jeunes camarades de classe de Miko. Une enquête plus poussée révèle que le fantôme est un esprit de 400 ans qui cherche à ressusciter son amant Kyoshiro… qui ressemble exactement à Hidemasa.

Révision :
Lady Blue est l’une des rares occasions où la suite est en fait meilleure que la série originale. D’une part, Lady Blue passe plus de temps à développer l’intrigue plutôt que de déchaîner une quantité infinie de tentacules sur Miko et compagnie. Ensuite, il y a le style visuel plus raffiné que la série utilise.

Lady Blue parle du premier amour de Miko. Miko rencontre un jeune homme nommé Hidemasa devant son immeuble, et c’est le coup de foudre… enfin, pour Miko en tout cas. Mais avant que Miko puisse se prélasser dans la chaleur de ses sentiments nouvellement éveillés, Fubuki rapporte que quelque chose ne va pas dans le royaume de Shikima. Les parents de Miko sont torturés par le son des flûtes, et personne ne sait pourquoi. Miko et Fubuki enquêtent et découvrent qu’il y a en fait une histoire d’amour derrière tout ça, car les flûtes appartenaient à un couple de fiancés (Kyoshiro et Shanahime) il y a 400 ans… mais la trahison s’est mise en travers de leur chemin, si bien que leur amour n’a jamais été réalisé. Les flûtes sont maintenant maudites, et Hidemasa, l’homme de rêve de Miko, est kidnappé par la vengeresse Shanahime afin de ressusciter son Kyoshiro.

Lady Blue a une intrigue bien conceptualisée, mais je ne l’ai pas trouvée aussi intrigante que j’aurais dû. En fait, j’avais cette irrésistible envie d’avancer rapidement dans les scènes pour voir comment cela allait se terminer et en finir. C’était peut-être les cris et les hurlements incessants des personnages féminins ou les discours trop redondants sur la vengeance… mais je ne pouvais pas apprécier pleinement Lady Blue.

L’art et l’animation se sont beaucoup améliorés par rapport à la série originale. Miko et Fubuki sont beaucoup plus frappants dans ce volet, et j’ai vraiment adoré le design des personnages de Shanahime. Les scènes de sexe sont représentées graphiquement, mais elles sont loin d’être aussi hardcore que la série originale. J’ai remarqué que les scènes de tentacules sont plus douces, et la fréquence des scènes sexuelles a été réduite de façon spectaculaire. Contrairement à son prédécesseur, Lady Blue ne fait pas de sexe toutes les cinq minutes. Le doublage anglais est très ennuyeux. Toutes les voix féminines stridentes m’ont fait mal aux oreilles, alors il vaut mieux regarder ce sous-titrage.

Si vous avez aimé La Blue Girl, vous aimerez probablement Lady Blue. Mais si vous n’avez aimé La Blue Girl que pour le sexe, vous trouverez peut-être que Lady Blue vous manque un peu.

Divers :
Lady Blue est composé de quatre épisodes d’une demi-heure.

Inages extraites de la vidéo: