Lexique des termes politiques concernant la cour du Japon

@‰@­Šú’©’ìŠÖ˜A—pŒêW


ySommairez
L'epoque Heian, des que la capitale du Japon fut transportee a Heiankyo (Kyoto) en 794, fut celle, paisible, de la cour de l'Empereur et de la noblesse.
Si on jette un regard d'ensemble sur l'Asie de l'Est, on s'apercoit tout de suite que ce fut une epoque de grand changement politique cause par l'affaiblissement et la chute de la dynastie des Tang en Chine. En Mongolie, en Coree, de nouvelles dynasties furent etablies qui ruinerent les vieilles.
Dans ces confusions, des gouverneurs anciens du Japon choisirent la fermeture du pays en 894. Grace a cette fermeture, la culture introduite de la Chine a l'epoque precedente fut transformee a la japonaise et beaucoup de nouvelles cultures japonaises naquirent. Les kanas (= les caracteres japonais) furent les uns des grandes inventions culturelles de cette periode, et leurs invention apporta de grandes oeuvres litteraires pour son resultat. La plus celebre de ces oeuvres est "Genji monogatari (le roman de Genji)". Dans la sculpture bouddhiste, dans la peinture et dans la pensee bouddhiste, les changements semblables se produisirent a un certain degre.
La politique changea aussi.
Il y eut peu de graves problemes politiques a cette epoque, et la cour se consacra peu a peu surtout a l'execution de rites et a l'administration du personnel. Dans ce processus, la parente Fujiwara fleurit peu a peu aux depens d'autres parentes nobles. Les Chefs des Fujiwara firent epouser leurs filles aux Empereurs et firent sacrer leurs petit-fils aux nouveaux Empereurs. Ils dirigerent la cour hereditairement comme Sessho ou Kampaku, c'est-a-dire comme une sorte de regent a la japonaise. Le plus heureux des Fujiwara fut Michinaga (966-1027) qui fit epouser quatre filles aux Empereurs (Ichijo, Sanjo, Goichijo et Gosuzaku) et qui dirigea la cour fortement.
Mais Yorimichi (992-1074), le fils de Michinaga n'eut pas de petit-fils de ses filles qu'avaient epousees les Empereurs.
Dans cette situation, l'Empereur Gosanjo, qui n'appartint pas a la parente des Fujiwara, fut sacre en 1068 et essaya de reformer la cour. On ne doit pas attribuer toute la cause de changement social a la sterilite des filles de Yorimichi. Dans ces temps de regne de Gosanjo, le changement social qui eut besoin la supremetie forte se superposa avec la sterilite par hasard des filles de Yorimichi. Mais Gosanjo abdiqua soudain en 1072 et mourut en 1073. La raison de son abdication n'est pas evidente par le manque de resource historique. Yorimichi mourut aussitot apres la disparition de Gasanjo.
Apres les morts de Gosanjo et de Yorimichi, l'Empereur Shirakawa dirigea la cour. Cependant lui aussi abdiqua en 1086 pour introniser son fils Horikawa en excluant le prince Sukehito, le demi-frere cadet de Shirakawa.
Mais, le nouvel Empereur eut un temperament maladif. Apres la mort de l'Empereur Horikawa en 1107, Shirakawa commenca a diriger la cour en tant que le grand-pere du nouvel Empereur trop jeune. Ce fut le commencement du gouvernement par l'In c'est-a-dire l'Empereur qui avait abdique.
Durant cette periode, les troubles religieux augmenterent et l'In, qui s'etait officiellement retire et qui etait considere comme irresponsable eut un avantage pour resoudre ces problemes religieux qui etaient tres compliques.
Le pouvoir de Shirakawa fut suivi par son petit-fils Toba. Sous le gouvernement de Toba un grand changement de la propriete fonciere intervint, et Toba devint lui-meme le grand seigneur de domaine. Ce changement augmenta le contact d'In avec les administrateurs locaux de domaine. Et ce furent ces administrateurs, qui garderent l'In, la cour, la capitale et qui devinrent guerriers pendant les grands troubles, parce qu'il n'y eut pas d'armee constante et active a l'epoque Heian. En japonais, "samourai", originellement, veut dire serviteur. C'est ainsi que ces premiers samourais furent des serviteurs d'In.
Apres la mort de Toba, des troubles pour la suprematie a la cour, Hougen no ran, se
produisirent en 1156, et il en resulta l'epoque des guerriers.
La premiere famille qui reussit dans les troubles fut des Taira. Les Minamoto reussirent ensuite en dernier lieu en 1185.
Yoritomo, le chef des Minamoto construisit Bakufu, le gouvernement militaire, a Kamakura qui est a l'Est du Japon, et prit l'initiative politique de la cour.
Sous le gouvernement des Ins, les fonctions politiques avaient deja eu tendance a etre partagees par quelques grandes forces. L'etablissement de Bakufu rendit ces divisions decisives. Apres l'etablissement de celui-ci, la cour, qui avait ete le tout dans la societe precedente, se metamorphosa en une des forces constituantes de la societe.
Cette coexistence de la cour et le Bakufu fut le commencement d'une toute nouvelle epoque au Japon.

A propos des articles politiques concernant le Bakufu (le gouvernement militaire), cliquez ici s'il vous plait.



Tenno@“Vc
L'Empereur du Japon. Il fut considere comme le descendant de Dieu.
Non seulement il fut le gouverneur le plus haut, mais il fut le pretre supreme du Shintoisme qui deteste la tache et la souillure dans son rite. Cette detestation religieuse restreignit l'activite politique de l'Empereur apres l'epoque Heian. En fait, l'Empereur ne put sortir du palais imperial que rarement, c'est pour eviter se salir. En addition a cette restriction de la sortie, il y eut beaucoup de restriction dans la conduite de l'Empereur en tans que le pretre supreme du Shintoisme. Les anciens considererent que quelque activite reele fit tacher le corps de l'executeur. Ainsi, l'Empereur ne put pas conduire comme un gouverneur libre.
De sorte que, la politique par le representant de l'Empereur c'est-a-dire la Regence hereditaire et permanente par les Fujiwara, le gouvernement par l'Empereur qui avait abdique (Insei) et le gouvernement militaire par le Shogun (Bakufu) furent bien acceptes et coexisterent avec la cour de l'Empereur.
Cf. La page des Empereurs de l'epoque Heian et la page des Empereurs de l'epoque Kamakura.

In@‰@
L'Empereur qui avait abdique. Se dit Dajo-Tenno ou plus breievement Joko ãc aussi. Souvent les Ins devinrent moines, et en ce cas ils furent appeles Ho-oh –@c.
Des Ins influencerent beaucoup le champ politique a titre prive comme le pere ou le grand-pere de l'Empereur de la fin de l'epoque Heian a l'epoque Kamakura (du 11eme siecle au 14eme siecle). Ordinairement, le mot "In" est traduit par "l'Empereur retire" en francais (ou "retired Emperor" en anglais), mais je ne suis pas d'accord avec cette traduction, parce que durant cette periode, les Empereurs abdiquerent pour diriger la politique d'une autre facon que les Empereur sur le trone, qui eurent beaucoup de restriction, purent profiter, et, en fait, les Empereur abdiques ne se retirerent pas de la politique.
En ce qui concerne le sujet, les Ins favoriserent des personnes de talent sans considerer sa condition sociale. De sorte que, nouvel groupe des vassaux fut forme autour des Ins. Des chefs des guerriers faisaient parti de ces nouveaux vassaux. Des Ins nommerent ces vassaux aux zuryos et puis des kugyos. Par ces nominations, l'administration du personnel dans la cour fut stimule et renouvelle, mais en meme temps, l'admistration libre et souvent arbitraire des Ins amenerent le desordre dans la societe de noblesse.
Il est tres celebre que pour le chagrin d'un noblesse qu'il y eut beaucoup d'exception dans la politique d'In, Shirakawa-in repondit qu'il fut le fondateur de nouvel exemple.
Generalement, la politique d'In fut tres despotique.
Culturellement, presque tous les Ins furent Homines ludentes. De sorte que, beaucoup d'innovations culturelles et d'arts d'agrement furent favorises par eux. Cela concerne aussi avec la liberte d'In. Par exemple, dans la periode de Goshirakawa-in, les chanteurs vulgaires entrerent librement dans son palais et lui enseigna l'Imayo, la chanson vulgaire directement.
Du cote religieux, Shirakawa, Toba et Goshirakawa, des Ins representatifs de cette periode devinrent moines apres leur abdications. Pour ainsi dire, le Bouddhisme fut la doctrine protectrice de l'execution politique reelle et les rites de Shintoisme servirent de purification aux resultas de celle-ci.
Le sens originel de mot "In" est la maison noble. On utilisa le mot "In" pour signaler la personne noble qui habitait quelque In en evitant de mentionner directement son nom.

Insei@‰@­
Gouvernement par l'Empereur qui avait abdique a titre prive. Un systeme politoque qui fut execute apres la periode de Regence. Le fondateur d'Insei est Gosaojo ou son fils Shirakawa. La caractere de ce systeme est sur-legal et arbitraire.
Tres interessant, le gouvernement imperial (soit directement ou indirectement par l'Empereur qui avait abdique) est exceptionnel dans l'histoire du Japon, et chaques gouvernements imperials furent executes dans la periode de confusion et de changement social comme l'epoque Meiji.


Visite ceremonieuse de l'Empereur a l'Empereur abdique. On peut trouver l'Empereur vaguement sous auvent. L'Empereur abdique est montre seulement par un petit bout de son vetement. Une part de ''Nenchu gyoji emaki"

ouvrages de reference
"Heian kizoku shakai no kenkyu (L'etude sur la societe de noblesse de l'epoque Heian)" par Yoshihiko Hashimoto, Yoshikawa-kobun-kan, 1976
w•½ˆÀ‹M‘°ŽÐ‰ï‚ÌŒ¤‹†x@‹´–{‹`•FA‹gìO•¶ŠÙA‚P‚X‚V‚U”N
"Inseiki shakai no kenkyu (L'etude sur la societe de la periode d'Insei)" par Fumihiko Gomi, Yamakawa shuppansha, 1984
w‰@­ŠúŽÐ‰ï‚ÌŒ¤‹†x@ŒÜ–¡•¶•FAŽRìo”ŎЁA‚P‚X‚W‚S”N
"Insei jidai-shi ronshu (Recueil des etudes concernant l'histoire de la periode de Insei)" par Michio Maki, Zoku-Gunshoruizyu kansei kai, 1993
w‰@­Žž‘ãŽj˜_Wx@ꠓ¹—YA‘±ŒQ‘—ޏ]Š®¬‰ïA‚P‚X‚X‚R”N
"Inseiki seiji-shi kenkyu (L'etude sur l'histoire politique de la periode d'Insei)" par Yasuo Motoki, Shibunkaku, 1996
w‰@­Šú­Ž¡ŽjŒ¤‹†x@Œ³–ؑחYAŽv•¶ŠtA‚P‚X‚X‚U”N
"Insei no kenkyu" par Kei Mikawa, Rinsen shoten, 1999
w‰@­‚ÌŒ¤‹†x@”üìŒ\A—Ր쏑“XA‚P‚X‚X‚X”N
"In kinshin no kenkyu (L'etude sur des vassaux des Ins)" par Michio Maki, Zoku-Gunshoruizyu kansei kai, 2001
w‰@‹ßb‚ÌŒ¤‹†x@ꠓ¹—YA‘±ŒQ‘—ޏ]Š®¬‰ïA‚Q‚O‚O‚P”N

Sekkan@ÛŠÖ
Sessho/Kampaku (Kanpaku)@Û­^ŠÖ”’

Regent (Sessho) ou le grand chancelier (Kampaku ou Kanpaku) a la japonaise. "Sekkan" est la denomination breve de Sessho et Kampaku en ensemble.
Dans l'histoire du Japon, le milieu de l'epoque Heian est appele "Sekkan jidai (l'epoque de Sessho et Kampaku)" et elle est distingue de l'epoque prescedante de la politique directe de l'Empereur. La caracteristique de Sekkan jidai ou Sekkan seiji (la regence) au Japon est non seulement l'Empereur determine ou la periode determinee mais aussi pendant toute la duree de cette epoque, la politique fut dirige par Sessho ou par Kampaku alternativement. En fait, la regence a la japonaise fut la politique par les Chefs des Fujiwara, et ils changerent sa nomination en adoptant a l'age de l'Empereur.
Essentiellement, le Sessho ou le Kampaku est un conseilleur plus proche d'Empereur. La prerogative de Sessho ou de Kampaku est qu'il peut lire prealablement tous les documents soumis a l'Empereur. Quand l'Empereur est mineur, cette personne la plus influente a la politique est nommee a Sessho et represente le prerogative politique de l'Empereur, et quand l'Empereur est adulte, elle est nommee a Kampaku qui est dans un sens un grand rapporteur et qui peut refuser les rapports a l'Empereur par son jugement. Pour etre nomme a Sessho ou a Kampaku, cette personne doit avoir l'experience ministrielle et elle peut cumuler le ministre. Pour le principe, elle se demet de son poste avec la mort ou l'abdiquation de l'Empereur.
Dans ce lexique, j'utilise le terme "regent" pour signaler le poste de Sessho et Kampaku en ensemble, et le terme "Regent" pour le remplacement de "Sessho". Et par "la regence", je signifie le gouvernement de Sessho et de Kampaku dans leur ensemble.
Historiquement, le debut de Sessho (Regent) comme le poste politique remonte a l'antiquite et ordinairement le proche parent imperial etait nomme a Sessho.
Mais en 866, Fujiwara no Yoshifusa (804-72) fut nomme a Sessho de l'Empereur Seiwa comme la premiere personne sujette. Apres Seiwa, son fils Yozei fut sacre, mais il fut abdique en 884 a cause de ses conduites extraordinnaires et un peu cruelles. Ainsi les descendants de Seiwa disparurent de la cour, et Koko, un oncle de Seiwa fut sacre par le soutien de Fujiwara no Mototsune (831-91), le fils de Yoshifusa. Apres l'intronisation, le nouvel Empereur Koko nomma Mototsune a Kampaku et lui confia la politique en general. Ce fut le commencement du poste de Kampaku. Apres Yoshofusa et Mototsune, le poste de Sessho et Kampaku fut occupe hereditairement par les Fujiwara a l'exception de 1585-1595 (Dans cette periode, Kampakus furent des Toyotomi).
Les Sesshos et les Kampakus furent presque toujours des grands-peres ou des oncles des Empereurs au milieu d'epoque Heian. De sorte que, ils furent des tuteurs publiques et des oppresseurs des Empereurs en meme temps.
Le gouvernement dirige par Sessho ou Kampaku, c'est-a-dire par le chef des Fujiwara a cessa en 1068 en fait avec l'intronisation de l'Empereur Gosanjo qui n'etait pas un parente de Fujiwara. Cependant le poste de Sessho et Kampaku subsistaient comme les plus hauts postes de noblesse. Et quand l'influence d'In ou d'autre force furent restreints, des regents influencerent a la politique de la cour.
Cf. La liste des regents.

Daijin@‘åb
Des ministres de la cour. Des membres sont quatre. Ce sont de haut a bas, Dajo-daijin (ministre superieur), Sa-daijin (ministre de gauche, le premier ministre en fait), U-daijin (ministre de droit) et Nai-daijin (ministre d'interieur). Mais les postes ne furent pas occupes toujours, surtout les nominations de Dajo-daijin et Nai-daijin sont exceptionnelles..
Dans la Constitution fondamentale de la cour qui fut instituee a l'epoque Nara, il y eut huit ministeres. Sa-daijin administra Nakatsukasa-sho (le ministere des travails concernant les affaires directes de l'Empereur), Shikibu-sho (le ministere du personnel et de la formation des officiers de bureau), Jibu-sho (le ministere du controle du nom, de la ceremonie, du Bouddhisme et de la diplomatie) et Minbu-sho (le ministere du civile et des impots), U-daijin administra Hyobu-sho (le ministere des affaires militaires et du personnel des militaires), Kyobu-sho (le ministere du proces et de l'execution de la peine), Okura-sho (le ministere de la finance et de l'argent) et Kunai-sho (le ministere des travails concernant la famille de l'Empereur). Et Dajo-daijin commenda huit ministeres en ensemble de la position plus haute. Mais ces ministeres perdirent leurs fonctions au commencement de l'epoque Heian.
Depuis l'etablissement de poste de regent jusq'au milieu de l'epoque Heian, la fonction de Dajo-daijin fut consideree egale a celle de regent. Et des Dajo-daijins furent cumules par des regents. Mais par la nomination de Fujiwara no Kaneie, qui ne fut que l'U-daijin, au Sessho en 986, le poste de regent et le Dajo-daijin furent separes et le Dajo-daijin devint un poste d'honneur provisoire pour le doyen dans la cour.

Ritsuryo@—¥—ß
La Constitution de Japon, instruisit en 711 en imitant celle de la Chine. En principe, il n'y eut pas de prescription concernant l'Empereur dans cette constitution.
Elle fut remaniee et quelques articles s'ajouterent. Et a la fin de l'epoque Heian, des nouvelles interpretations executrices apparurent avec le changement de la societe. Mais sa validite fondamentale ne disparut pas a travers le Moyen Age.
A l'epoque Kamakura, elle co-existerent avec les lois fondamentales de Bakufu.

Jin no sadame@w‚Ì’è
L'assemblee publique des noblesses. Sa fonction fut le conseil de l'Empereur. Des participants furent des minisres, des Dainagons, des Chunagons et des Sangis. Dans la societe des nobles, ils sont appeles "kugyo" specialement et des membres furent en maximum presque 20. Entre ces kugyos, des ministres sont appeles "koh" et les autres sont appeles "kyoh" honorifiquement. Kugyo fut le nom en ensemble de koh et kyoh. L'Empereur, l'In et le Sessho ou le Kampaku ne purent pas participer a cette assemblee.
L'ordre determine de parole fut toujours de kugyo inferieur a kugyo superieur pour garder des paroles libres de kugyos inferieurs. Le president de cette assemblee fut le Sa-daijin (ministre de gauche).
L'assemblee n'eut pas de decision. Mais toutes les opinions furent ecrites pour rapporter a l'Empereur.
Avant que le fonctionnaire rapporte des opinions a l'Empereur, le Regent ou le Kampaku seul peut pointer le rapport. Dans sa decision derniere, l'Empereur ne put pas consulter qu'au Sessho ou au Kampaku, a la periode de Regence au milieu de l'epoque Heian.

Kebiishi@ŒŸ”ñˆáŽg
La police a l'epoque Heian qui eut la fonction de tribunal. Kebiishi fut fonde en vers 820. Le chef (Betto) fut cumule par Chunagon ou Sangi. La plupart des officiers actuels furent des guerriers. Les guerriers qui experiencerent les officiers de Kebiishi abilement furent nomme a zuryo.
En fait Kabiishi perdit sa fonction peu a peu a l'epoque Kamakura par l'etablissement de Bakufu.


Des Kebiishi de l'epoque Kamakura. Une part de "Honen shonin eden"
Cliquez pour la grande image.

Zuryo@Žó—Ì

Les magistrats de province. Son nom officiel est "kokushi". Le nom "zuryo" fut utilise depuis le milieu de l'epoque Heian (10eme siecle) quand les kukushis devinrent une sorte de fermier. Ses charges principales furent la perception des impots qui furent une sorte de tribut a l'Empereur comme le riz et les autre grains, la soie et le lin etc.
Au milieu de l'epoque Heian, le taux des impots et la maniere de le percevoir fut confie a chaque zuryo. Des zuryos furent responsables seulement a ses resultas decides d'avance. Le reste des impots devinrent ses revenus et ainsi des zuryos devinrent les postes pour la thesaurisation.
D'autre cote, des zuryos durent servir privativement aux Regent ou aux Ins. Et ses services prives contribuerent a la prosperite des Regents puis aux Ins.
Des zuryo consisterent eux-memes une class de noblesse basse.

Chigyo koku sei@’ms‘§
Une sorte de systeme d'administration provinciale. Les premiers exemples parurent a periode d'In.
Au debut de gouvernement d'In, Shirakawa recut le service prive des zuryos enormement et ces zuryos devinrent ses vassaux peu a peu. Alors Shirakawa donna a ses nouveaux vassaux le droit de nommer le kokushi (=zuryo) et de recevoir des services du kokushi en contrepartie de cette nomination.
Puis les noblesses superieures qui considerent le kokushi comme le poste bas et vulgaire voulurent ce droit et ainsi la nomination officielle de kokushi fut peu a peu aneantie.
Bref, des noblesses superieures et souvent des Ins obtinrent le droit de nommer quelqu'un familier a magistrat de province par qui ils obtinrent des revenus apres la periode d'In.

Shoen@‘‘‰€
Le domaine seigneurial, qui fut exempte d'impot.
Par la constitution Ritsuryo, toute la terre du Japon avais appartenu a l'Etat (= a l'Empereur). Mais comme l'exception, le domaine nouvellement defriche appartint au defricheur pour la vie.
A 12eme siecle sous les gouvernements de Shirakawa-in et de Toba-in, des defricheurs voulurent faire don de leurs domaines aux noblesses superieures ou aux grands temples et devenir des administrateurs hereditaires de ces domaine. Parce que des zuryos, c'est- a-dire des magistrats de province n'admirent pas aisement nouveaux domaines qui auront ete la cause de decroissement de ses revenus et de sa chute.
D'autre cote, pour les noblesses superieures representes par le Regent, ce don signala l'accroissement directe de ses revenus et de ses vassaux.
Or, des Empereurs et des Ins ne purent pas etre le seigneur de domaine publiquement. Mais pour compenser, ils firent posseder le domaine aux grands temples qui eux appartinrent et dirigerent son revenu librement.
Ainsi, on peut dire que la base de la societe de Moyen Age fut supportee par la co-existence de domaine national et seigneurial.
Les Ins et les noblesses superieures eurent deux aspects en meme temps sous cette co-existence qui furent des personnes publiques de la cour et des grands seigneurs. Et des samourais aussi furent des officiers locax et des administrateurs des domaines seugneuriaux en meme temps.
Cette structure redoublee est consideree comme une des causes qui permirent la subsistance de la cour au Moyen Age malgre la perte de la pouvoir militaire.

Dernierement renouvelee au 28 janvier, 2006



Introduction pour ce lexique

La Chronologie

Table alphabetique

@